MAI 1988 : LA QUINZAINE DU  RED STAR 93

MAI 1988 : LA QUINZAINE DU RED STAR
un article de France Football

Début mai 1988, l'hebdomadaire France Football, sous la plume de Stéphane Grodet consacrait un article au Red Star candidat à l'accession, en D II.

Décor : groupe Est. Situation : samedi, le Red Star 93 se déplace à Créteil. la semaine d'après, il reçoit Epinal. Tirez la bâche, bonjour l'ambiance. La quinzaine qui vient permettra de faire le point. A défaut (peut-être) d'en prendre ! Tour de table des trois prétendants en deux rencontres capitales. Qui définiront réellement les facultés d'adaptation de chacun. A ce petit jeu, après avoir été rééduqué, le Red Star 93 ne tient pas à se faire plumer.
Philippe Troussier, l'entraîneur : "Il a fallu nous réadapter au climat de la Troisième Division en début de saison. Le club descendait, les joueurs étaient bien mentalement après avoir effectué une série de matchs amicaux très positifs. Nous avons fait un complexe de supériorité. Nous avons dû réapprendre notre manière de jouer. Plus profond, plus athlétique". Les résultats sont venus. Mais un peu plus tard que prévu. Normal. L'équipe était affaiblie. Renaut n'était pas encore là. Blessé. La courbe défensive a attendu avant de se stabiliser. Aujourd'hui, cette formation est homogène. Physique et technique sont tombés d'accord. Soulignant un crampon de regrets.
Georges Dahan, vice-président, déclare, en l'absence de Jean-Claude Bras : "Nous payons aujourd'hui notre mauvais départ. Mais nous n'avons pas de reproches à faire à nos joueurs, car ils ont montré une constance dans la qualité du jeu pratiqué. Actuellement, nous sommes dans les temps". deux points chez soi, un point chez l'autre. Un il sur le côté pour surveiller Créteil. Sans fixation. Car le moral est bon. Mais avec étonnement.
Le Red Star (ils tiennent au 93), aurait préféré l'îlot désert en cette fin de saison. Un truc sans partage, quoi.
Simplement, la terre promise est convoitée. Et sera donnée au plus offrant. Inflation oblige. Philippe Troussier : "En regardant les statistiques sur dix en arrière, on s'aperçoit que les équipes amateurs pouvaient monter avec 35-37 points. Or, nous sommes déjà à ce total. Il reste quatre journées à jouer, soit huit points à distribuer. Le Championnat s'est resserré. Et il faut maintenant lutter contre des petits détails qui font la différence." Pour l'entraîneur, l'équipe n'a plus le droit à l'erreur. Elle doit rester attentive et calculer. Le Red Star 93 possède les joueurs pour ça. Renaut, Heaulmé, De Rocco pour ne citer qu'eux. Troussier : "Les joueurs montrent qu'ils sont des leaders." L'entraîneur les bouge. Il est retombé sur terre dès les premières rencontres, pour bousculer son groupe par la suite. Obligatoire.
Même pour jouer contre Créteil : "je suis prêt à négocier la manière. Si nous devons aller au plus pressé, nous irons. C'est l'efficacité qui rentre en ligne de compte. L'important c'est le mental. Il faut éduquer le footballeur à être performant." Langage précis. Message en passe d'être reçu. L'objectif est, bien sûr, de retrouver la Deuxième Division. L'équipe a été conçue en fonction des prévisions. Mais si le Red Star 93 venait à monter, aucune folie financière ne serait faite. En premier lieu, on récupérerait le statut pro. Georges Dahan : "Après enquête, la Ligue nous l'a accordé l'an passé. Elle nous a même précisé que nous l'obtiendrons de nouveau en cas de remontée, car nous possédons les conditions requises." Le réservoir jeunes pourrait ainsi se remplir sans crainte d'être percé. Important, si l'on veut être européen en 1993. Georges Dahan : "Le président possède l'esprit d'entreprise. Il préconise une progression pour notre club. Mais il est bien évident que la date de 1993 est prématurée. De plus 93 se voulait être un clin d'il à notre département, la Seine-Saint-Denis, qui est notre partenaire privilégié."
Le Red Star 93 est le club du département. Pour les anciens, cela ne change pas grand chose, sinon rien. Ils sont rares à se déplacer à Saint-Ouen. Nostalgiques, ils attendent la grimpette. Mais un noyau dur de supporters d'une vingtaine d'années est présent à tous les matches. Domicile comme extérieur. La moyenne de spectateurs tourne à près de 700 personnes. De toute façon, les billets qu'ils laissent à la caisse n'ont pas été pris en considération dans le budget du club, en début d'année. On savait.
"L'essentiel, en fin de saison, c'est de constater que l'on atteint l'objectif. Il n'y aura pas de drame financier si ce n'est pas le cas." Georges Dahan (qui a déjà joué en D III) sait pourtant qu'une simple défaite ralentirait considérablement la marche du club. Le Red Star 93 peut-il se permettre de renouveler son bail avec la D III ? A Créteil et à Epinal, on ne se pose pas la question.

Archives      Retour à la page d'accueil