LE RED STAR A BAUER  RED STAR 93
Stade BauerStade BauerStade BauerStade BauerStade BauerStade BauerStade BauerStade Bauer

LE RED STAR A BAUER

Dans le dernier numéro du magazine de la ville de Saint-Ouen (n 74, mai 2002), trois pages sont consacrées au futur retour du Red Star à Bauer.
Tout d'abord avec les déclarations des représentants de tous les partis politiques représentés au Conseil Municipal de Saint-Ouen.
Le communiqué commun du Maire de Saint-Ouen et de Nigel S. Atkins, président de la SASP Red Star. Les réactions de Nigel S. Atkins, de Jean-Daniel Piwowar (joueur du Red Star à la fin des années 60) et Gérard Cuzin, directeur de publication de la lettre du Red Star.

Nous publions l'intégralité de ces pages, sans aucun commentaire.

Les dirigeants du RED STAR 93 souhaitent voir leur équipe fanion jouer de nouveau à Saint-Ouen. A la suite d'un débat lors du dernier conseil municipal, Jacqueline Dambreville, le maire, et Nigel Atkins, le président du club, ont publié un communiqué commun.

Première partie (les interventions au Conseil Municipal)

C'est Karim Bouamrane, élu chargé des sports, qui a présenté les termes de la requ&eicrc;te du Red Star 93 "je propose de répondre favorablement à cette demande, car, tout comme Les Puces, le Red Star 93 a son âme à Saint-Ouen. On a vu l'élan populaire suscité par le club lors de son épopée en Coupe de France et en Coupe de la Ligue. Le projet sportif du club, son centre de formation, sa politique opposée au foot-business, tout cela répond aux aspirations des jeunes sportifs du déplacement. Il s'agit par la m&eicrc;me occasion de donner un second souffle au stade Bauer. je propose de créer un groupe de travail pour définir le profil à donner à cet équipement".

William Delannoy (divers droite) :

Le Red Star 93 doit revenir et le conseil municipal doit déterminer son choix sur la rénovation du stade, je suis partisan pour que dans ce groupe de travail, la ville de Saint-Ouen décide de donner la concession du terrain à une société privée qui assume la construction d'un nouveau stade. Il y a assez d'argent dans ce sport pour que le club puisse trouver des partenaires privés qui financent la rénovation".

Albert Kalaydjian (UDF) :

"Je ne suis pas un libéral et donc je suis opposé à la solution de M. Delannoy. Par toutes ses fibres, le Red Star est lié à la ville de Saint-Ouen. Nous assistons au retour du fils prodige qui doit dont commencer par reconnaître ses erreurs. Il a mené l'ancien maire en bateau en se prononçant pour la rénovation puis en portant candidat au Grand Stade. Dans la situation actuelle du football n'a pas les moyens d'envisager d'aller plus haut que la Division 2. Donc, nous devons envisager un projet de rénovation sérieux du stade Bauer sans reprendre l'ancien projet. Le football n'est pas une marchandise et nous ne pouvons pas laisser faire les lois du marché. La ministre des Sports a compris qu'on ne peut pas dépasser une certaine limité. Le Red Star est consubstantiel à Saint-Ouen. Nous devons faire un effort de rénovation".

Eric Pereira-Silva (Initiatives et Démocratie) :

se prononce pour un stade du niveau de la D 2 "Il est indispensable que le Red Star revienne à Saint-Ouen et qu'un minimum de travaux soient entrepris sachant qu'il existe toujours le Grand Stade qui n'a pas de club résident. Le projet sportif est intéressant. La rénovation du stade peut s'inscrire dans le projet des Puces et c'est une opportunité pour le quartier".

Alain Rouault (PCF) :

"Je pense que ce retour est une chance pour Saint-Ouen. Le club redéfinit son avenir, reconstruit un projet sportif. Cela ouvre la possibilité de reconstruire un projet commun avec le club, le Conseil général et la ville. Il est explicable que la recherche d'un club résident a conduit à la situation que nous avons connue".

Bertrand Druon (PS) :

"C'est intéressant qu'on retrouve des perspectives d'histoire commune. J'ai une réticence sur le sport spectacle et je pense qu'il y a beaucoup à faire. Il est bien qu'un groupe de travail se mette en place et réfléchisse à l'aménagement urbain. Il existe une vraie difficulté à limiter d'avance la jauge du stade".

Paulette Fost (PCF), ancien maire :

"Je me réjouis du retour du Red Star à Saint-Ouen. Il y a une histoire, un attachement réel des habitants de Saint-Ouen à ce club. Il est possible de rétablir des liens entre les anciens supporters et les jeunes. Il y a dans ce club une personnalité singulière avec l'accueil des jeunes, la politique départemental de convention, une base réelle de lutte contre le sport-fric. Nous devons aider le club à franchir des étapes en travaillant à moyen et long termes.
Le stade a besoin de revivre et il y a un échange entre le club et la ville. A propos du passé, je voudrais dire qu'un solide dossier avait été établi autour d'un stade enserré dans un projet urbain. Ce projet avait été débattu avec de nombreux Audoniens. Ce stade devait intéresser les clubs, la population. Des erreurs ont été faites et, après tout ce travail, j'ai ressenti une grande amertume. Aujourd'hui nous devons regardé ce qui s'est passé et établir les conditions d'un partenariat sincère et durable".

Jean-Jacques de La Rochette (RPF) :

"En tant qu'élu, j'ai été choqué par ce qui s'est passé à l'époque car Saint-Ouen avait fait preuve de beaucoup d'intelligence et d'honn&eicrc;teté à l'égard du Red Star. Je souhaite que le Red Star revienne avec des ambitions modestes".

Nicole Amère (PCF), adjointe au maire chargée du projet éducatif :

"L'aspect éducatif doit &eicrc;tre souligné : il faut imaginer des partenariats avec les collèges. Les classes aménagées autour du football sont très positives".

Michel Bentolila (PCF), adjoint au maire :

"Je suis favorable au retour du club à Saint-Ouen et partisan d'un usage diversifié de l'équipement sportif. il existe un projet sportif avec un centre de formation et un dispositif de convention avec les autres clubs".

Jean-Claude Le Ny (PS) émet des doutes sur les vertus éducatives du football :

"C'est l'opium du peuple." Il ajoute ; "Le Conseil général n'apportait son aide à la rénovation que pour envisager d'accueillir un club de D 1. Aujourd'hui le Red Star peut revenir car c'est un club amateur mais les questions se poseront s'il monte".

Jacqueline Dambreville, le maire, intervient :

"Le Red Star conserve une éthique, à travers la formation qu'il donne aux jeunes joueurs, il véhicule d'autres valeurs que celles du reste du football". Le vote intervient et propose de mettre le stade à disposition du Red Star dès que sera possible.
Propos recueillis par Alain Barbier

Suite...

Page Suivante       Page Stade Bauer      Retour à la page d'accueil