COUPE DE FRANCE 1992  RED STAR 93

STEVE MARLET PROPULSE LE RED STAR EN QUART DE FINALE

Par Gérard Valck

Coupe de France, 1992

Mercredi 8 avril 1992, il est près de 22 h 30, le stade Bauer chavire de bonheur, monsieur Puyalt siffle la fin des prolongations du 8ème de finale, Red Star Guingamp. Les Audoniens sont en quart de la 75ème Coupe de France, il l'emportent 2-1 devant près de 6 000 personnes dont un nombre important de supporters Bretons (sept cars avaient fait le déplacement).

Cette qualification ne fut pas simple, mais elle était méritée. Pour ce match Robert Herbin avait rappelé aux manettes Safet Susic, pour alimenter en ballons, le buteur attitré Samuel Michel et un jeune joueur, Steve Marlet. Avant la rencontre, Jacky Bonnevay était incertain, fracture d'un orteil. Un bon strapping et un remède de "grand-mère", un morceau de viande dans la chaussure. Le défenseur audonien tenait sa place, alors que son compère Alain Gunia se contentait de la tribune présidentielle (suspension).

Les Audoniens emballaient le match et se procuraient de belles possibilités d'ouvrir la marque. Dès la 5ème minute, sur un centre de Christophe Fiatte, "Magic" Susic arrivait un poil trop tard pour reprendre. Steve Marlet (7ème et 12ème) échouait de fort peu devant Le Garrec.
Après cette entame de match à l'avantage des locaux, les Guingampais se réveillent, vers la 20ème minute et obligent Kokkinis à intervenir sur une tête de Stéphane Guivarc'h. Match tendu, un accrochage Kokkinis-Rouxel se termine par l'expulsion de l'attaquant breton (34ème).
Alain de Martigny, le coach de Guingamp est furieux au retour aux vestiaires.
La seconde période, malgré une infériorité numérique est dominée par les visiteurs : Guilvarc'h (46ème), Malle (51ème) ne concrétisent pas. Sur un contre, Denis Bourdoncle (58ème) est à deux doigts d'ouvrir la marque pour le Red Star.
Les deux formations cherchent le K.O., faute de Bonnevay sur le futur international Stéphane Guilvarc'h. Coup franc à trente mètres, le libero Daniélou ajuste Thomas Kokkinis (69ème).
Les Audoniens se lancent à l'assaut, Susic et Piton échouent de fort peu. Polaniok cédait sa place à Rodionov. 84ème minute, montée de Fiatte, Michel prolonge de la tête et Steve Marlet place le ballon au fond des filets. Soulagement dans les rangs des supporters de l'Etoile Rouge. Le but de Steve redonne de la voix et l'espoir de jouer un quart de finale de Coupe de France.
Plus rien ne sera marqué jusqu'à la fin du temps réglementaire, l'arbitre oublie de siffler un penalty, sur l'international soviétique, Sergueï Rodionov. Le public (les supporters qui soutiennent les Verts) gronde. Prolongations, cent septième minute, centre de Marlet et but de Rodionov. Guingamp est au bout du rouleau, les verts se contentent de gérer l'avantage jusqu'au coup de sifflet de la délivrance. Pour la première fois depuis 1973, le club de Saint-Ouen atteint les quarts de finale.

Coupe de France 1992
But de Steve Marlet, David Fanzel (n2)
Coupe de France 1992
Denis Bourdoncle

RED STAR GUINGAMP : 2-1 après prolongations (0-0, 1-1)
Arbitre : M. Puyalt 4 479 spectateurs payants recette : 293 233 F
Buts : Marlet (84ème) Rodionov (107ème) Daniélou (69ème)
CJ : Kokkinis (34ème), Bonnevay (68ème), Rodionov (110ème) Guilvarc'h (58ème), C. Le Roux (86ème)
CR : Rouxel : 34ème
RED STAR : Kokkinis, Fanzel, Bonnevay, Piton, Fiatte, Bourdoncle, Girard, Polaniok (Rodionov 79ème), Marlet, Susic, Michel (Irazoqui 114ème). Entr. R. Herbin.
GUINGAMP : Le Garrec, Vidot, Jacques, Daniélou, T. Le Roux, Hervé, Guivarc'h (Houzé 76ème), C. Le Roux, Rouxel, Nikolic (Jouan 91ème), Malle. Entr. A. de Martigny.

Quatre jours plus tard, dans le programme du club des Supporters, à l'occasion du match de championnat face à Bourges, les réactions recueillies aussitôt après la qualification et un papier sur le Red Star, de Serge Mésonès. Journaliste à la Montagne, conseiller technique du F.C. Bourges, et aujourd'hui chargé de mission au ministère de la Jeunesse et des Sports.

LES REACTIONS :

Le capitaine, Jean-Luc Girard : "Nous n'avons pas toujours véhiculé une belle image du club en championnat. Mais ce soir, nous étions sûrs de notre coup, après l'égalisation, la victoire ne faisait plus aucun doute. Merci aux supporters d'avoir soutenu les joueurs, ça aide et voilà le résultat".
Christophe Fiatte : "Deux mots : frayeur et émotion".
Denis Bourdoncle "Un grand ouf d'être en quart, j'avais connu une demi-finale sur le banc de touche avec Bordeaux".
Robert Herbin : "La qualification de ce soir c'est la victoire d'un ensemble, mais l'apport de "Bob", pardon de Steve (Marlet) a été primordial".
Jean-Claude Bras : "Tout en restant modeste, une grande émotion d'être en quart, un moment de bonheur à partager. Nous représentons dignement le football parisien. Un grand merci à Safet, quand on connaît l'état de son genou, un vrai seigneur". (pour la première fois de sa vie de "footballeur", Jean-Claude Bras atteint les quarts de finale de la Coupe de France mais il a gagné la Coupe de Hongrie, l'an passé avec Ferencvaros, but de Bouiche). Bras était à l'époque vice-président du club phare de Hongrie.
François Gil (responsable des sections jeunes, aujourd'hui à la pré-formation au Paris SG) : "Après Marlet, d'autres suivront le travail du centre de formation va payer. Pour les jeunes, Steve devient l'exemple à suivre".
Olivier Roussey (kiné) était rassuré : "Aucun gros bobo à signaler".
Parmi les supporters :
Jean Morand : "Pour mon départ à la retraite demain. Quel cadeau, je n'ai plus de voix".
Gérard Petit : "Formidable. je me souviens de la dernière qualif en quart, en 1973, face à Sochaux aux tirs au but. Notre goal, Christian Laudu avait réussi le dernier".

LE RED STAR vu par Serge Mésonès :
"Le RED STAR 93, édition 92 est fantasque et sympa, et c'est pour ça qu'on l'aime !
Constellé de vrais grands joueurs, genre Susic, Rodionov
Capable de perdre le match du tapis vert à domicile face à V.A., et de relancer les Angevins à Nungesser grâce à ce but* d'outre match de l'espoir.
Le RED STAR est fou !
Le RED STAR est têtu.
Non, le RED STAR manière Robby Herbin hors des discours à la mode est simplement en train de devenir sage, crédible, mesurable.
Valenciennes le croit en tout cas, qui pleure l'opportunité fichue".

* référence au but de Steve Marlet (son premier en D 2), le 31 mars, à la 88ème minute.

Beaucoup de personnalités dans les tribunes : Noël Le Graët, ancien président de Guingamp et actuel président de la Ligue, Jean Verbecke, le président de la Ligue de Paris, Gérard Laurent et Roger Lemerre, anciens entraîneurs du club de Saint-Ouen, Carlos Bianchi, l'ancien grand buteur, entraîneur du Paris FC, Philippe Redon (Audonien 75-76).

Coupe de France, 1992
Cédric Fontaine et Jean-Luc Girard récompensés lors du match face à Bourges

Coupe de France, 1992
Programme du match de Coupe

© GV 2000
photos GV 2000 (sauf celles de Marlet et Bourdoncle, le Parisien)

A lire : "Bite d'anchois" : un article du quotidien Libération

Page suivante        Retour à la page d'accueil