L'ACTUALITE   ALLEZREDSTAR.COM

Une autre saison ?   

Mise à jour le 22 janvier 2020

APRES NICE, TOUT POUR LE CHAMPIONNAT Samedi, le Red Star a marqué de mordant, lors de la première partie de la rencontre pour mettre en difficulté des Sudistes bien en jambes lors des quarante cinq premières minutes,
Peu avant la trentième minute, Nice a fait le trou en moins de trois minutes avec deux buts.
A 2-0, en faveur des locaux, pour que le match soit relancé, il aurait fallu voir les Audoniens réduirent le score juste avant la pause, mais le gardien local, Cardinale était sur ses gardes.
La seconde période perdait de son intensité, les hommes de Viera gérant le match à leur guise, ce qui ne plus pas du tout à leur coach, en fin de rencontre.
Le Red Star n’a pas pu élever son niveau pour inquiéter Nice.
La réduction du score sur penalty dans les arrêts de jeu par Hamache n’est qu’anecdotique, sauf pour le joueur qui appartient au club local, prêté cette saison au Red Star
Sans doute qu’à Bauer, poussé par son public, le Red Star aurait offert un tout autre spectacle … au moins les supporters auraient vibré !
Le stade de Nice avec environ 6 000 spectateurs sonnait bien creux, dont moins de la moitié payants. Il devrait être bien plus plein pour le prochain tour de la Coupe de France devant Lyon.
La Coupe de France est terminée, place au championnat avec la venue de Bourg-en-Bresse. Un match important pour continuer de demeurer tout en haut du classement et poursuivre la très bonne série à domicile.
Au match aller, le Red Star avait fait sauter les joueurs de la Bresse sur leur pelouse en l’emportant 4-1.
Vendredi soir, les supporters se contenteront simplement des trois points !
Trois points qui permettraient d’accomplir un nouveau pas, vers le but de la saison, la remontée, en L 2.

TRISTE COUPE DE FRANCE On peut retenir, l’exploit de Pau, celui de Belfort … mais quelle tristesse de voir un nombre de stades bien vides.
La magie de Coupe de France n’existe plus … avec cette Coupe de France, dont les matchs de 16èmes de finale s’étalent sur cinq journées avec des matchs à trois heures différentes, le samedi et le dimanche quatre rencontres à la même heure !
Plus aucun club de L 2, en course, rare à ce niveau de la compétition et Pau, le seul survivant du National qui recevront le Paris SG et ses stars. Candidat à la montée, Pau, avant dernier budget du championnat risque de souffrir de l’accumulation de matchs en ce mois de janvier. Rappelons que les Palais viendront à Bauer, une dizaine de jours après le match de gala dans la cité d’Henri IV
NICE A OFFERT SA PART DE RECETTE Comme face à Fréjus, Nice a offert au club visiteur la part de sa recette, 5 000 euros. Beau geste mais la somme est petite, à peine, 2 800 spectateurs payants !
DANS LA PRESSE Dans Le Parisien, édition Internet
Coupe de France : sans démériter, le Red Star tombe à Nice
Le club de National s’est incliné sur la pelouse de l’OGC Nice (2-1) ce samedi, en 16es de finale de Coupe de France.
Par Laurent Vignasse
La tâche s'avérait ardue pour le 2e de National face au 11e de Ligue 1. Privé du stade Bauer, non homologué par la Fédération pour recevoir l'OGC Nice, le Red Star a ainsi vu son aventure en Coupe de France s'arrêter ce samedi. Battu 2-1 à l'Allianz Riviera en 16es de finale, le club audonien n'a toutefois pas à rougir de sa prestation.
Ce qu'il faut retenir
L'engouement autour de ce 16e de finale aurait sans doute été bien plus fort à Saint-Ouen. Devant des tribunes clairsemées, l'OGC Nice a fait valoir ses deux divisions d'écart et dominé un match particulièrement rythmé. Étouffés par le pressing niçois, les Audoniens se créent pourtant la première occasion grâce à Formose Mendy sur corner mais sa tête croisée frôle le poteau droit de Benitez (10e). Cet accroc ne perturbe pas les Aiglons qui se rapprochent petit à petit de l'ouverture du score.
David Oberhauser retarde l'échéance en repoussant sur sa barre transversale un coup franc de Cyprien (24e). Le gardien du Red Star sera ensuite battu à deux reprises en l'espace de trois minutes. Sur un corner d'Ounas, le ballon passe au travers d'une défense francilienne bien trop passive. Danilo n'a plus qu'à frapper en force (1-0, 27e). Quelques minutes plus tard, Ganago est à la réception d'un centre tendu de Claude-Maurice (2-2, 29e).
Piqué au vif, le Red Star tente de revenir juste avant la mi-temps par Sao (30e) et Karamoko (45e) mais tombe sur un Walter Benitez infranchissable. En seconde période, le match se déroule sur le même rythme avec des occasions de part et d'autre. La réduction de l'écart sur pénalty de Yanis Hamache (2-1, 90 + 2), prêté cette saison par l'OGC Nice, est bien trop tardive. L'aventure s'arrête en 16es pour le club de National.
Particulièrement remuant sur son côté gauche, l'international algérien est à l'origine des deux buts niçois. Son corner traverse la défense avant de trouver Danilo. Il lance ensuite parfaitement Claude-Maurice dans la profondeur qui peut délivrer un centre parfait pour Ganago.
La réaction
« On a essayé de tout donner. Le coach nous avait avertis que ça allait être très compliqué face à une équipe de Ligue 1, a déclaré Yanis Hamache, défenseur du Red Star au micro d'Eurosport. C'était un match pour nous récompenser des 13 victoires en 14 matchs en National, que du bonus. J'ai eu envie de montrer au coach que le prêt au Red Star m'a beaucoup apporté. Maintenant, on va tout donner pour monter en Ligue 2. »

Dans Nice Matin de samedi
Après la N2 de l’Etoile Fréjus Saint-Raphaël, c’est le Red Star, pensionnaire de National, que va affronter le Gym. Et encore une fois les aléas ont voulu que le tirage soit inversé pour que l’OGC Nice affronte le “petit” devant son public. Les Aiglons, jamais vernis au tirage et plutôt habitués à prendre la porte dès leur entrée en lice ces cinq dernières saisons, auraient enfin rencontré une bonne étoile cette année en Coupe de France ? Reste à faire respecter la hiérarchie sur le terrain. Et ce ne sera pas chose aisée pour une formation de Ligue 1 qui cherche encore et toujours sa vitesse de croisière.
Souvenez-vous du tour précédent...
Ses deux premières prestations en 2020 ont rappelé combien l’équipe de Vieira a du mal à se créer des occasions. A Angers (1-1), mais surtout face à une N2 quelques jours plus tôt. « On a cru que ça allait être facile, on n’a pas mis les bonnes intentions d’entrée de match », avait regretté Patrick Vieira après la triste première période niçoise face à une Etoile réduite à dix. Combatifs et solidaires, les Varois avaient craqué sur un coup de pied arrêté et une ultime action d’Ounas dans les arrêts de jeu. C’est bien trop peu. Un constat qui vaut aussi pour l’ex-Bordelais.
Ounas doit en faire plus, et il le sait. Claude-Maurice et Dolberg sont dans le même cas, avec un bémol pour le Danois qui a davantage besoin de ses copains que les autres. Les Aiglons devront cet après-midi jouer en équipe, un registre dans lequel le Red Star excelle. Deuxièmes de National, les Franciliens privilégient la montée plutôt qu’un parcours en Coupe. Ce qui ne les a pas empêchés d’éliminer Chambly, un pensionnaire de L2 justement, au tour précédent (2-1). Le Gym est prévenu, comme l’était Bordeaux jeudi. Mais c’est le soi-disant “petit” club palois, 4e en National, qui a eu la peau du gros.

Dans Nice Matin de Dimanche
Ganago, buteur hier.
Qualifié pour les 8es de finale pour la première fois depuis cinq ans, Nice a régalé en 1re période, puis déçu en seconde. Ce qui a relancé le Red Star et agacé Vieira
Cinq ans après, Nice fera partie des seize dernières équipes en lice pour soulever le trophée de la Coupe de France. Une réelle satisfaction pour un club pro qui a su éviter le piège tendu par le dauphin de National, quelque peu ternie par la seconde période ennuyeuse offerte par les Aiglons après avoir pris deux buts d’écart avec le Red Star.
« Ça m’ennuie d’autant plus que c’est une question d’état d’esprit, expliquera Patrick Vieira, déçu. Le manque d’enthousiasme, le manque d’application, jouer, sauter... Ce sont des aspects qui ne doivent jamais être mis en doute normalement. Il y avait de la suffisance, un peu d’arrogance... On a été inexistant, alors qu’il y avait des choses très intéressantes en première période. » L’affiche était peu emballante pour les supporters niçois (seulement 6.300 spectateurs) et pourtant le public de l’Allianz a vu du bon football pendant les 45 premières minutes. Sérieux, les Aiglons ont accéléré le rythme dans les transmissions à l’image de la fluide combinaison qui amenait l’ouverture du score de Dolberg (13’)... refusée pour un hors-jeu litigieux. Particulièrement remuant entre les lignes, Claude-Maurice avait les jambes pour apporter aussi en percussion et dans la profondeur. C’est d’ailleurs sur un dédoublement avec Ounas que l’ex-Lorientais permettait à Ganago d’alourdir la marque, trois minutes après l’ouverture du score de Danilo (26’). «La connexion Adam (Ounas) - Alexis (Claude-Maurice) a été très intéressante à gauche », s’accordait à penser Vieira. Nice avait fait la différence tandis que le Red Star semblait avoir la tête au championnat. « On a laissé beaucoup trop d’espace entre les lignes, concédera le coach francilien, Vincent Bordot. Nice a été courageux dans les courses et les efforts pour faire mal à son adversaire. »
Mais ça n’a pas duré. Alors que les recrues auraient pu peaufiner leurs automatismes, alors que Dolberg aurait pu profiter de ce tour de Coupe pour retrouver le chemin du but, alors que Nice manque d’un vrai match plein et de certitudes dans le jeu avant de recevoir Rennes, un candidat à l’Europe, vendredi prochain (20h45), le Gym s’est arrêté de jouer.
« Sans 2-3 éléments, on devient une équipe très moyenne »
Jusqu’à l’inévitable réduction du score sur penalty de Hamache (90’), un Aiglon prêté au Red Star et auteur d’une bonne prestation. « Avec l’excès de confiance, on est davantage parti dans l’individualité que dans le collectif, regrettait l’entraîneur niçois. On leur a offert des situations dangereuses, heureusement que Walter (Benitez) joue très bien 2-3 coups. On ne peut pas se permettre d’être trop facile, de ne pas jouer collectivement. Si on veut grandir, il faut gommer ces erreurs. On est une bonne équipe quand tout le monde joue ensemble. S’il manque 2-3 éléments, on devient une équipe très très moyenne. »
L’ascenseur émotionnel n’a pas été agréable mais l’OGC Nice a tout de même conservé son ticket pour un tour supplémentaire en Coupe de France. Un fabuleux manège à sensations fortes « qui peut nous mener vers l’Europe » a rappelé Benitez.
Le Gym laisse encore la recette
Comme au tour précédent face à l’Etoile Fréjus/Saint-Raphaël (N2), l’OGC Nice a laissé la totalité de la recette au Red Star (National), désigné initialement comme club recevant au tirage au sort.
NICE - RED STAR : 2-1
A Nice, Allianz Riviera, OGC Nice (L1) bat Red Star (National) 2 à 1 (2-0).
6.387 spectateurs.
Arbitre : M. Turpin.
Buts : Danilo (26’), Ganago (29’) pour Nice ; Hamache (90’ sp) pour le Red Star. Pas d’avertissement. OGC Nice : Benitez - Herelle, Danilo, Dante (c), Nsoki (69’ Pelmard) - Cyprien, Boudaoui -
Ganago (58’ Thuram), Claude-Maurice, Ounas - Dolberg (81’ Myziane).
Entraîneur : Patrick Vieira.
Red Star : Oberhauser - Goujon, Mendy, Karamoko, Hamache - Roye, Koukou (81’ Chemlal), Bourgaud (77’ Michel) - Sao, Verdier (59’ Koita), Puyo.
Entraîneur : Vincent Bordot.

Dans L’Equipe de samedi
Le Red Star devait recevoir le Gym mais la FFF a retoqué le stade Bauer. Le match aura lieu à Nice. Très déçu, le club audonien prévoit des travaux en cas de montée.
C’est une décision que les dirigeants et supporters du Red Star ont encore du mal à comprendre. Alors que le club audonien devait recevoir Nice au stade Bauer, cet après-midi, la FFF a estimé le 9 janvier que l’enceinte était trop vétuste pour une telle affiche. Les deux clubs ont donc décidé d’inverser le match, qui aura lieu à l’Allianz Riviera. « Nous étions capables d’accueillir les Niçois, regrette Steve Marlet, le conseiller du président Patrice Haddad. C’est une déception pour nos supporters et nos joueurs, qui auraient préféré jouer à domicile. » « Face au PSG ou à l’OM, on aurait compris que la question du stade se pose. Mais pour Nice, on pensait vraiment que le match aurait lieu à Saint-Ouen», explique Vincent Chutet-Mezence, le président du Collectif Red Star Bauer, premier groupe de supporters du club. « On a l’impression que tout est fait pour avantager les grosses équipes », ajoutet-il, « dégoûté » par cette décision.
L’annonce est d’autant plus surprenante que l’enceinte audonienne est normalement homologuée pour les matches de Coupe de France jusqu’aux 8es de finale inclus, et ce jusqu’en 2021. La saison dernière, pour les 32es, le Red Star avait accueilli Caen à Saint-Ouen (0-1). Les Normands évoluaient alors en Ligue 1, et la rencontre s’était déroulée sans problème. « Je ne comprends pas pourquoi ce qui était possible en janvier 2019 ne l’est plus aujourd’hui, s’étonne Marlet. L’état du stade n’a pas changé en un an. »
Grèves, manifs et trop de matches à Paris
D’après une source proche du dossier, c’est l’accumulation de matches à Paris ce samedi qui a poussé la préfecture de police à émettre un avis négatif sur la tenue de la rencontre à Bauer. En D1 femmes, le PSG affronte l’OM au stade Jean-Bouin (15 h 45), tandis qu’en Coupe de France le Paris FC (L2) accueille l’AS Saint-Étienne (18 heures) au stade Charléty (voir page 6).
Les autorités ont voulu éviter de voir les supporters niçois et stéphanois se croiser dans la capitale, le tout dans un contexte de grève et alors qu’une nouvelle manifestation contre la réforme des retraites est prévue aujourd’hui.
Le Red Star a donc accepté l’idée d’une inversion, tout en étant conscient des problèmes récurrents posés par la vétusté de son enceinte. Le 2 janvier, le club a annoncé dans un communiqué qu’il allait procéder à une mise aux normes du stade Bauer, pour satisfaire aux exigences de la LFP et de la FFF. « On veut offrir la Ligue 2 à nos supporters et ne plus subir ce genre de situation », conclut Marlet. Mais le chantier ne débutera que si les Audoniens, deuxièmes de National, sont promus à l’issue de la saison.

. Dans L’Equipe de dimanche
Un but de Danilo à la 26e minute, un deuxième de Ganago à la 29e, 2-0 à la pause, puis plus grand-chose. L’après-midi s’est achevé tranquillement pour les Niçois. Mais trop, justement, pour Patrick Vieira. L’entraîneur de Nice n’était pas d’humeur à souligner la victoire facile obtenue hier par son équipe – le Red Star n’a réduit l’écart que dans le temps additionnel, sur penalty. Vieira a revu en seconde période exactement ce qu’il essaie de gommer depuis le début de la saison : « le relâchement » et « un peu d’arrogance» qui rendent les Azuréens si inconstants.Les murs du vestiaire ont tremblé
Vieira n’a pas eu grand-chose à redire de la première période de ses joueurs. Appliqués et disponibles, ils ont pris le large grâce, notamment, à la prometteuse relation entre Ounas et Claude-Maurice sur le côté gauche. Mais cette avance les a endormis. Comme souvent. « On a été inexistants en seconde période, a souligné leur entraîneur. Ce qui me dérange vraiment, c’est notre manque d’enthousiasme, notre manque d’implication. Avec l’excès de confiance, on est partis plus dans les individualités que dans le collectif. On ne peut pas se permettre de rentrer sur le terrain en étant trop faciles. Je ne peux pas laisser passer ça. »
Interrogé sur la bonne prestation de son milieu Danilo, de nouveau replacé en défense centrale pour pallier les absences, Vieira en a profité pour adresser un tacle à certains de ses partenaires : « Ce qui est vraiment bien avec “Dani”, c’est que quand il est sur le terrain, il est content d’être là. Il y a beaucoup de joueurs qui doivent s’en inspirer. »
D’abord sur la retenue dans son analyse de la seconde période (« On doit faire plus dans l’intensité, mais c’est aussi intelligent de notre part [de jouer ainsi] parce qu’ils étaient très fermés en face »), Dante a admis que les murs du vestiaire niçois avaient tremblé après la rencontre. « Vu comme le coach nous a parlé, on a très bien compris ce qu’il avait pensé du match, a reconnu le capitaine de Nice.
Il va falloir qu’on travaille là-dessus, qu’on soit exigeants. On dit chaque semaine la même chose…»
Hier, cela s’est assorti d’une victoire. Mais c’est aussi parce que le Red Star y a mis du sien, comme le regrettait Vincent Bordot, l’entraîneur audonien : « Pourquoi on a perdu ? Parce que, quand tu joues contre une Ligue 1 et que tu es en National, il faut faire un match de Coupe de France, c’est-à-dire mettre beaucoup d’intensité, de courage, de duels, ce qu’on n’a pas fait. » Au vu des seuls reproches des deux entraîneurs envers leurs joueurs, on comprendra que l’Allianz Riviera a connu rencontre plus palpitante que celle d’hier.

LES RESULTATS AS Prix-lès-Mézières (N3) - FC Limonest (N3) : 0-1
SAS Épinal (N2 ) - JS Saint-Pierroise (R1, La Réunion) : 3-1
Athlético Marseille (N3) - Stade Rennais (L1) : 0-2
Dijon FCO (L1) - Nîmes Olympique (L1) : 4-0
Pau FC (N) - Girondins de Bordeaux (L1) : 3-2
Saint-Pryvé-Saint-Hilaire FC (N2) - AS Monaco (L1) : 1-3
FC Nantes (L1) - Olympique Lyonnais (L1) : 3-4
Red Star FC (N) - OGC Nice (L1) : 1-2
FC Rouen (N2) - Angers SCO (L1) : 1-4
Paris FC (L2) - AS Saint-Étienne (L1) : 2-3
ASM Belfort FC (N2) - AS Nancy Lorraine (L2) : 3-1
ESM Gonfreville-l'Orcher (N3) - LOSC Lille (L1) : 0-2
Montpellier HSC (L1) - SM Caen (L2) : 0-5
FC Lorient (L2) - Paris Saint-Germain (L1) : 0-1
Angoulême Charente FC (N2) - RC Strasbourg Alsace (L1) : 1-5
US Granville (N2) - Olympique de Marseille (L 1) : 0-3
LA JOURNEE DE CHAMPIONNAT  Le Red Star connaîtra le résultat du leader qui joue jeudi, en cas défaite ou de nul des Dunkerquois à Béziers, cela permettrait aux joueurs de Saint-Ouen de s’emparer de la place de leader à condition de battre les Bressans.
Match au sommet à Lyon Duchère (5ème) face à Villefranche-sur-Saône (3ème).
En bas de classement, match dramatique entre le GFC Ajaccio, ex pensionnaire de L 2 et Toulon.
RED STAR – Bourg-en-Bresse
Béziers – Dunkerque avancé au jeudi à 20 h
Quevilly-Rouen – Pau à 18 h sur Canal+ Sport
Lyon Duchère – Villefranche-sur-Saône
Bastia Birgo – Avranches
Boulogne – Créteil
Cholet – Laval Le Puy – Concarneau
GFCO Ajaccio _ Toulon
MATCH EN RETARD GFC Ajaccio – Béziers : 0-1
LE DERNIER RED STAR – BOURG-EN-BRESSE Les Audoniens l’avaient emporté largement 4-1, le 21 avril 2017, en L 2 à Jean Bouin, le dernier succès lors de cette saison et une descente en National.
Les buts des Vert et Blanc étaient l’oeuvre de Toudic, de N’Gamukol (2) et Chavalerin

Avril 2017, succès du Red Star devant Bourg-en-Bresse (c) Philippe Le Brech
Avril 2017, succès du Red Star devant Bourg-en-Bresse (c) Philippe Le Brech

LA PREMIERE FOIS A BAUER, BOURG-EN-BRESSE Le 25 août 2012, le Red Star et Bourg-en-Bresse se rencontrent et les Audoniens s’inclinent 0-1.
A lire : Go !

Geoffray Durbant devant Bourg-en-Bresse fait aujourd’hui, les beaux jours de Sedan, leader de National 2 et meilleur buteur (c) Jacques Martin
Geoffray Durbant devant Bourg-en-Bresse fait aujourd’hui, les beaux jours de Sedan, leader de National 2 et meilleur buteur (c) Jacques Martin

UN MATCH DU PASSE Le Red Star face à la Bulgarie (1-1), en décembre 1968 au stade de Paris

DES RESULTATS Victoire de l’équipe 2 senior face à la Colombienne : 2-0
Senior 3, défaite devant l’AS Paris 2-0
20 ans élite : Red Star – Antony 6-0
18 ans : Red Star – Argenteuil 2-0
17 ans : red Star – FC Mantois : 2-0
LES PHOTOS DE L’EQUIPE 3 Le match AS Paris – Red Star : 2-0, en photos. Reportage de Thierry Antoine : Go !

L’équipe 3 senior du Red Star (c) Thierry Antoine
L’équipe 3 senior du Red Star (c) Thierry Antoine

Page d'Accueil